Skip to main content

Le Rotary et l'impact du coronavirus : Réponses aux questions les plus fréquentes


Sujets :


Subventions

Faisant place à l'action, les membres du Rotary souhaitent participer à la réponse au COVID-19 et venir en aide aux victimes. La Fondation Rotary propose aux Rotariens diverses options pour s'occuper de et protéger leur communauté ou celles qui sont le plus vulnérables dans le monde.

Q : Puis-je faire une demande de subvention Secours en cas de catastrophe pour financer des actions en réponse au COVID-19 ?

R : Non. Les subventions Secours en cas de catastrophe ne sont plus disponibles pour des actions en réponse au Covid-19.

Q : Les districts peuvent-ils puiser dans le fonds de prévoyance d'une subvention existante ou redirigées des activités prévues vers la réponse au COVID-19 ?

R : Oui. Alors que les districts se préparent à envoyer leur nouvelle demande subvention de district pour 2020/2021, nous vous encourageons à allouer des fonds à la réponse au COVID-19. 

Q : Et si mon district a déjà engagé des dépenses pour lutter contre le COVID-19 ?

R : À titre exceptionnel, la Fondation autorisera des dépenses relatives au COVID-19 engagées depuis le 15 mars 2020 à être remboursées à partir de leur subvention de district 2020/2021.

Q : Puis-je utiliser une subvention mondiale pour financer des actions de lutte contre le COVID-19 ?

R: Oui. Les subventions mondiales restent un excellent moyen d'avoir un impact. Si des équipements médicaux sont nécessaires pour répondre au COVID-19, les subventions mondiales peuvent vous permettre de les acheter. La Fondation n'exigera pas l'apport de 30 pour cent de l'étranger pour toute nouvelle subvention mondiale relative au COVID-19. Sachez que ces subventions nécessitent toujours d'avoir un parrain local et un parrain international.

Pour en savoir plus, contactez votre correspondant Subventions.

 

Polio

Q : Quel est l'impact de la pandémie de COVID-19 sur le combat que mène le Rotary contre la polio ?

R : Notre programme d'éradication de la polio nous a fait prendre conscience des effets dévastateurs des maladies transmissibles. En conséquence, nous sommes pleinement engagés à soutenir les systèmes de santé nationaux en mettant à leur disposition notre expertise et nos atouts pour enrayer la pandémie de COVID-19 tout en poursuivant nos efforts concertés pour éliminer la polio.

En utilisant les vastes infrastructures mises en place pour identifier le poliovirus et organiser des campagnes de vaccination, le programme d'éradication de la polio est bien positionné pour protéger les populations les plus vulnérables contre le COVID-19, notamment dans les pays d'endémie. Du Pakistan au Nigeria, le programme a des années d'expérience de lutte contre les épidémies que les pouvoirs publics peuvent mettre à contribution alors qu'ils répondent à ce nouveau virus. En savoir plus.

 

Réunions des clubs et des districts

Q : Mon club ou district doit-il continuer à tenir des réunions ?

R : Le Rotary International recommande aux districts et aux clubs Rotary et Rotaract de se réunir en ligne ou par visioconférence, et d'annuler ou de reporter les réunions. Prenez en compte votre situation personnelle lorsque vous envisagez de participer à des manifestations.

Découvrez dans le Centre de formation en ligne comment d'autres clubs organisent des réunions de club virtuelles.

 

Dirigeants, commissions et secrétariat du Rotary

Q : Les conseils d'administration du Rotary et de la Fondation se réuniront-ils pendant la pandémie ?

R : Oui, mais ils le feront virtuellement.

R : Le conseil d'administration du Rotary a-t-il pris des décisions en réponse au COVID-19 ?

R : Oui. En réponse à la pandémie mondiale de COVID-19, le conseil d'administration du Rotary International a approuvé des principes généraux lors de sa réunion en avril. En voici les grandes lignes :

  • La santé et la sécurité de tous les participants aux programmes, réunions et manifestations du Rotary sont d'une importance capitale.
  • Aucune réunion ou événement en personne ne doit être obligatoire pour tout participant réticent à l'idée d'y assister en raison de la pandémie.
  • Tous les conveners et organisateurs d'événement du Rotary sont vivement encouragés à prendre en compte toutes les questions de santé pour décider si une réunion peut se faire en personne ou pas.
  • Toutes les réunions du conseil d'administration du Rotary seront tenues virtuellement (et non en personne) pour le reste de l'année civile 2020.
  • Toutes les réunions de la commission du Rotary International doivent se dérouler virtuellement (et non en personne) pour le reste de l'année civile 2020.
  • Les conveners d'Institute 2020 sont autorisés à décider s'ils souhaitent que leur Institute et la formation des gouverneurs élus et des gouverneurs nommés se déroulent en personne ou virtuellement.
  • Le Rotary International ne couvre pas les frais de représentants du président pour une conférence de district pour l'année rotarienne 2020/2021. Si un district souhaite un représentant du président, le président peut en nommer un provenant de la même région du monde où le district est situé, mais son déplacement sera à la charge dudit district.
  • Les gouverneurs sont vivement encouragés à utiliser le format de réunion virtuelle pour les visites de clubs qui ont lieu au cours de l'année civile 2020.
  • Les dirigeants régionaux sont vivement encouragés à utiliser le format de réunion virtuelle pour les séminaires de formation et autres événements au cours de l'année civile 2020.

Q : Le secrétariat du Rotary a-t-il pris des mesures ?

R : Oui. Toutes les commissions et manifestations prévues au siège du Rotary International à Evanston, Illinois, États-Unis, ont été annulées jusqu'au 31 décembre. Dans la mesure du possible, les commissions peuvent choisir d'organiser des réunions en ligne.

Tous les déplacements du personnel, internationaux et intérieurs, ont été suspendus jusqu'au 30 septembre et l'ensemble du personnel travaille à domicile.

 

Youth Exchange

Q : Le programme Youth Exchanges se poursuit-il ?

R : Après avoir étudié attentivement les résultats d'une évaluation des risques réalisée en réponse à la pandémie de COVID-19, le conseil d'administration du Rotary International a décidé d'autoriser certains districts à poursuivre les échanges de jeunes en 2020/2021 dans des conditions de sécurité strictes et avec des modifications au programme. Ces modifications comprennent la suspension de tous les échanges courts jusqu'au 1er octobre 2020 et des échanges longs jusqu'en janvier 2021. Le conseil d'administration réévaluera régulièrement la situation et apportera les changements nécessaires pour assurer la sécurité et le bien-être de nos participants.

Q : Comment ont été prises ces décisions ?

R : Le conseil d'administration a étudié une évaluation complète des risques préparée par les experts du personnel du Rotary International, qui a défini de nouvelles exigences en matière de sécurité pour les districts qui organisent des échanges de jeunes, y compris la manière d'assurer la sécurité et le bien-être des participants pendant le voyage, pendant l'échange et en cas de changement. D'autres facteurs ont été pris en compte, à savoir la facilité et la possibilité de voyager à l’international (en tenant compte de la sécurité aux frontières et des restrictions de voyage), l'accès aux soins médicaux et à une assurance, les fermetures d'écoles, et l'impact financier potentiel sur les familles des participants et les bénévoles du Rotary. Si les districts utilisent les directives de sécurité et un plan complet de gestion de crise, le conseil d'administration est convaincu qu'ils peuvent évaluer la situation et prendre les bonnes décisions pour garantir une expérience sûre et enrichissante aux jeunes dans le cadre du programme Youth Exchange du Rotary.

Q : Quand les jeunes pourront-ils à nouveau participer à un échange ?

R : Si un district peut confirmer qu'il a évalué les risques conformément aux directives de sécurité, les jeunes peuvent commencer des échanges longs à partir du 1er janvier 2021 et participer à des échanges courts à partir du 1er octobre 2020.

Q : Quelle est la différence entre les échanges courts et longs ?

R : Les échanges longs durent généralement une année scolaire entière et nécessitent l'inscription du jeune à l'école. Pour les calendriers scolaires qui commencent généralement en juillet ou en août, les élèves seraient autorisés à effectuer un échange long modifié ou raccourci à partir du 1er janvier 2021, si le district d'accueil, le programme de visa du pays et l'école permettent une période d'inscription plus courte. 

Les échanges courts durent de quelques jours à trois mois et ont généralement lieu pendant les vacances scolaires. Comme la durée est beaucoup plus courte, il est plus facile de déterminer s'il peut y avoir des restrictions pour le voyage ou d'autres impacts liés au COVID-19. C'est pourquoi les districts peuvent inviter les jeunes à participer à ces échanges à partir du 1er octobre 2020, à condition qu'ils aient suivi toutes les directives en matière de sécurité du Rotary.

Q : Les jeunes actuellement en échange doivent-ils rentrer chez eux ?

R : Dans les régions qui ne sont pas fortement touchées par le COVID-19, les districts travaillent avec les autorités locales et sanitaires, les jeunes, leurs familles et les familles d'accueil pour s'assurer qu'ils peuvent poursuivre leurs échanges en toute sécurité. Toutefois, les jeunes qui participent actuellement à un échange dans des pays qui sont ou seront probablement plus touchés par le COVID-19 doivent prévoir de rentrer chez eux dès que cela sera possible et sûr. Consultez les conseils aux voyageurs et les recommandations émises par les ambassades ou les bureaux consulaires, les organismes internationaux de santé publique comme l'Organisation mondiale de la Santé, et les autorités sanitaires locales pour obtenir les informations les plus récentes et les plus pertinentes.

Q : Comment savoir s’il est sûr de planifier des échanges ?

R : Tout d'abord, assurez-vous que votre district est certifié pour participer au Youth Exchange. Ensuite, étudiez attentivement les directives de sécurité du Rotary émises par le conseil d'administration et discutez-en avec la commission Youth Exchange et le gouverneur de votre district. Il est important d’analyser attentivement les risques, et de disposer d'un plan de gestion de crise complet et d'une équipe de bénévoles dévoués qui consacrent du temps supplémentaire à communiquer avec les jeunes et les familles, à suivre les recommandations des autorités sanitaires locales et à agir rapidement si la situation change. Si votre district est inquiet, la meilleure solution peut être de suspendre votre programme et de ne le reprendre que lorsque vous serez prêt.  

Q : Qu’est-ce qu’un plan de gestion de crise ?

R : Un plan de gestion de crise est une présentation complète et détaillée de l'équipe qui se consacre à répondre à une crise et des procédures à suivre pour assurer la santé, la sécurité et le bien-être de tous les participant à un programme ou à une activité. Le plan devrait couvrir différents types de crises, telles que les accidents, la violence, les catastrophes naturelles, l'instabilité politique et, dans le cas qui nous intéresse, les urgences sanitaires et les épidémies telles que le COVID-19. Selon les consignes de sécurité du Rotary:

  • Le plan de gestion de crise d'un district doit être étudié et/ou élaboré en consultation avec une autorité sanitaire locale.
  • Chaque district doit avoir des procédures pour surveiller les développements en matière de santé et de sécurité liés au COVID-19, tels que les restrictions de déplacement et les mesures de quarantaine, qui pourraient affecter les jeunes inbound ou outbound.
  • Le district d’accueil doit avoir un plan de communication complet pour :
    • Assurer une communication cohérente entre les bénévoles, les jeunes et les parents, les familles d'accueil et Rotary International au sujet des développements importants liés au COVID-19
    • Permettre aux responsables du programme de localiser rapidement toutes les parties et de communiquer avec elles en cas d'urgence
  • Une procédure pour renvoyer les jeunes chez eux ou assurer leur sécurité si des mesures de quarantaine ou des restrictions de voyage sont mises en œuvre au cours d'un échange.

Votre plan doit lister les membres de l’équipe de gestion de crise et définir les responsabilités de chacun d’eux en matière de communication, de procédures d'urgence, de relations avec les médias et de dépenses. Il est important de déterminer à l'avance les facteurs qui inciteraient à annuler ou à reporter les activités prévues. Pensez également aux critères à respecter pour reprendre les échanges en toute sécurité. Pour plus d'informations, consultez le guide Prévention des abus et du harcèlement.

Q : Nous avons décidé que nous pouvions planifier des échanges en toute confiance en 2020/2021, mais nous ne trouvons pas de districts partenaires. Que devons-nous faire ?

R : De nombreux districts ont suspendu leurs programmes ou le feront après avoir consulté les directives de sécurité du Rotary. Si votre district a de la difficulté à trouver des opportunités avec des partenaires établis, il peut s'agir d'une occasion de nouer de nouvelles relations avec d'autres districts qui poursuivent leurs échanges. Les responsables Youth Exchange de district peuvent utiliser l’annuaire des dirigeants de district pour communiquer avec leurs homologues et rejoindre le groupe de discussion du Youth Exchange pour se rencontrer et échanger des idées. Aucun district n'est obligé de participer au-delà de ses capacités ou de sa volonté.

Q : Avons-nous besoin de l'approbation du Rotary International avant de commencer à planifier des échanges ?

R : Vous n'avez pas besoin de l'approbation du Rotary International pour commencer à planifier des échanges. Afin que le personnel du Rotary puisse vous soutenir et vous aider à communiquer en cas d'urgence, les districts seront tenus de signaler la participation au programme avant le voyage des jeunes, et vous devez fournir des mises à jour dans les 48 heures de tout changement. Des instructions pour signaler la participation seront envoyées aux responsables de district dans les prochains mois. Les informations suivantes seront requises pour chaque participant à un échange scolaire d’un an :

  • Nom complet, âge, sexe et coordonnées du participant (e-mail et numéro de téléphone)
  • Nom complet et coordonnées du parent ou du tuteur (e-mail et numéro de téléphone)
  • Formulaire de consentement signé par un parent ou un tuteur, y compris la reconnaissance que les informations d'identification personnelle seront communiquées au Rotary International conformément à sa politique de confidentialité des données et à d'autres réglementations sur la confidentialité des données, telles que le Règlement général sur la protection des données (RGPD)
  • Envoi des numéros des districts parrain et d'accueil
  • Nom complet et coordonnées de la famille d'accueil (e-mail, numéro de téléphone et adresse postale)
  • Dates de début et de fin

Q : Comment le Rotary communiquera-t-il avec les jeunes ?

R : Le Rotary International communiquera avec les jeunes et les familles pour s'assurer qu'ils comprennent les politiques du Rotary en matière de protection des jeunes, comment accéder aux ressources relatives au Youth Exchange et aux autres programmes du Rotary pour les jeunes, à quoi s'attendre de la part des dirigeants du club et du district, et qui contacter s'ils ont des questions ou des préoccupations. En cas d'urgence, le personnel du Rotary facilitera la communication entre les jeunes, les familles et les bénévoles du Rotary.

Q : Qu’entend-on par le fait que certains districts ont volontairement suspendu leurs programmes ?

R : Étant donné l'incertitude liée au COVID-19 et les risques potentiels pour la santé et la sécurité de nos jeunes, la suspension du programme l’an prochain pourrait être la bonne décision pour certains districts. Toute décision qui accorde la priorité à la santé, à la sécurité et au bien-être de nos participants est la bonne décision. Les districts devraient suspendre leurs programmes s'ils déterminent que c'est la meilleure façon de procéder. 

Q : Notre district a volontairement suspendu son programme avant la décision du conseil. Pouvons-nous revenir sur notre décision ?

R : Il n'y a aucune pression pour changer votre décision ou participer à des échanges d'une manière qui dépasse la capacité ou la volonté de votre district. Si vous avez étudié  attentivement les consignes en matière de sécurité, si vous avez un plan de gestion de crise qui comprend des dispositions pour les urgences sanitaires et les épidémies, et si tout le monde au sein de la commission Youth Exchange de votre district est d'accord, alors vous pouvez planifier des échanges courts qui commenceront à partir du 1er octobre 2020 et des échanges longs qui commenceront à partir du 1er janvier 2021. La sécurité des participants devrait être votre priorité absolue lorsque vous prenez la décision de reprendre les échanges. N'oubliez pas qu'il existe de nombreuses façons de garder les jeunes impliqués au Rotary, y compris des échanges virtuels et des programmes du Rotary comme l’Interact et les RYLA. La planification peut également se poursuivre plus tard pour le Youth Exchange ou les stages du Rotary.

Q : Que devons-nous faire si notre district ne participera pas aux échanges en 2020/2021 ?

R : Continuez à soutenir le Youth Exchange. C’est l’occasion de renforcer votre programme, d'explorer des alternatives telles que les échanges virtuels ou d'autres programmes du Rotary tels que l’Interact et le RYLA, et de continuer à planifier un échange ou un stage du Rotary pour 2021/2022 et au-delà. Notre personnel continuera d’aider les dirigeants Youth Exchange au cours de l'année à venir en leur fournissant de nouvelles ressources, en partageant des stratégies d'implication, en recueillant des informations sur les participants et en répondant à vos questions ou préoccupations. Nous sommes convaincus que lorsque le programme reprendra complètement, le Youth Exchange sera plus fort que jamais.

Q : Qu’est-ce qu’un échange virtuel ?

R : Les échanges virtuels sont une alternative intéressante à ceux en personne. Ils donnent aux jeunes une occasion unique de s'impliquer et de collaborer en ligne avec des personnes d'autres cultures et communautés. Lorsqu'ils sont structurés, sûrs et conçus en gardant à l'esprit les objectifs des participants, les échanges virtuels peuvent être tout aussi intéressants que le fait de se rendre physiquement à l'étranger en permettant aux jeunes de s'engager dans un dialogue interculturel et de rencontrer des personnes ayant des points de vue différents. Ils peuvent également aider les élèves à remettre en question les stéréotypes, à accroître l'empathie et à développer des compétences interculturelles — tout cela peut les aider à acquérir les connaissances et les compétences dont ils ont besoin pour devenir des citoyens du monde et des artisans de la paix.

Q : Que se passe-t-il si nous ne voulons pas suivre les directives de sécurité publiées par le conseil d’administration ? Pouvons-nous plutôt utiliser nos propres directives ?

A: Non. Les directives adoptées par le conseil d'administration en matière de sécurité sont le fruit d’une évaluation minutieuse et approfondie de tous les risques, non seulement pour les jeunes, mais aussi pour les familles d'accueil, les bénévoles et la réputation du Rotary. Nous affirmons sans équivoque que la sécurité des jeunes est notre priorité absolue et ces directives de sécurité représentent notre engagement en paroles et en actions. Même si la liste des consignes semble longue, il est important de les suivre afin d'évaluer soigneusement les risques, d'avoir un plan et d'inspirer confiance aux participants, aux familles et à votre communauté. Bon nombre de ces directives sont des précautions que vous suivez déjà ou que vous avez peut-être adoptées récemment en réponse au COVID-19. Conformément aux politiques de protection des jeunes du Rotary pour les échange non autorisés, tout district qui participe à un échange contraire aux présentes directives 2020/2021 sera suspendu pour une période de deux ans. Toute activité qui met les jeunes en danger aura de graves répercussions. 

Q : Je suis un jeune qui souhaite participer au Youth Exchange. Que dois-je faire ?

R : Contactez-nous via ce formulaire ou localisez un Rotary club pour savoir s’il organise des échanges cette année. Même si un club ne participe pas à ce programme cette année, vous pourrez découvrir comment planifier un échange l’an prochain ou vous impliquer au Rotary via l’Interact, le RYLA ou les stages du Rotary. 

Q: Qui contacter en cas de questions ?

R : Écrivez à youthexchange@rotary.org. Pour toute question sur la protection des jeunes, écrivez à youthprotection@rotary.org.

 

Bourses du Rotary pour la paix et autres programmes

Q : Quel est l'impact de la pandémie sur les Centres du Rotary pour la paix ? 

R : En raison de la pandémie actuelle, les déplacements financés par le Rotary sont fortement limités et ils seront approuvés au cas par cas. Il est aussi conseillé aux boursiers qui se trouvent actuellement dans un pays où le COVID-19 se répand de suivre les recommandations de leur université d'accueil et des agences sanitaires nationales du pays en question. 

Pour les boursiers en première année qui se préparent à un stage pratique, nous vous recommandons d'envisager des options dans votre pays d'études et de prévoir un plan de rechange au cas où les déplacements seraient davantage limités. Au-delà des questions de santé et de sécurité, nous ne voulons pas que les boursiers soient soumis à des quarantaines ou aient des difficultés à retourner dans le pays où ils étudient en raison de leur stage. Vous pouvez contacter votre correspondant au siège du Rotary si vous avez des questions spécifiques sur l’impact des politiques du Rotary sur la planification de votre stage pratique.

Q : Qu'en est-il de l'Interact et des séminaires RYLA ? 

R : Déterminez si les événements, voyages ou activités locales prévus pourraient exposer les jeunes à un risque accru, et envisagez d'annuler ou de reporter les voyages non essentiels ou les grands rassemblements. 

Suivez les recommandations des écoles pour toute fermeture ou tout report de rentrée scolaire qui pourrait affecter les participants aux programmes scolaires. Discutez de la manière dont ils peuvent rester engagés et en sécurité jusqu'à la reprise des cours. Parlez avec les parents ou les tuteurs de la santé et de la sécurité de leur enfant et des mesures prises par les clubs et les districts pour minimiser l'exposition et l'impact des participants aux activités et aux événements du Rotary. 

Q : Qu'en est-il des autres programmes et types d'échanges ?

R : Les participants aux Amicales professionnelles et de loisirs, aux Amicales d’action, ainsi qu’à leurs groupes affiliés, doivent suivre les recommandations de l’OMS et des autorités sanitaires nationales, régionales ou locales dans leur décision de reporter des événements, des réunions ou des activités.

Les districts organisant des programmes internationaux comme les échanges amicaux et les stages du Rotary peuvent exposer les participants à des risques accrus. Ils doivent suivre les directives de l'OMS et des autorités sanitaires nationales, régionales ou locales dans leur décision d'annuler ou de reporter des voyages ou activités.

 

Voyages financés par le Rotary

Q : Que se passe-t-il pour les voyages financés par le Rotary ?

R : Tous les voyages financés par le Rotary, y compris dans le cadre de subventions et des boursiers des Centres du Rotary pour la paix, seront approuvés au cas par cas. Contactez votre correspondant si vous avez d’autres questions.

Passez à l'action aujourd'hui

Donnez au Fonds d'aide d'urgence

Votre don permet aux Rotary clubs d'apporter des secours et de soutenir des efforts de reconstruction, y compris des actions en réponse au COVID-19.