Skip to main content

Histoire du Rotary

L'histoire des femmes au Rotary

La décision du Conseil de législation 1989 d’accepter les femmes au sein des Rotary clubs est un tournant dans l'histoire du Rotary.

« Chers représentants, je tiens à vous rappeler que le monde en 1989 est très différent de celui de 1905. Je crois sincèrement que le Rotary doit s'adapter à l’évolution du monde », déclarait Frank J. Devlyn, qui allait devenir le président 2000/2001 du Rotary.

Le vote fut le résultat de plusieurs décennies d'efforts d'hommes et de femmes du monde entier en faveur de l'admission des femmes au sein des Rotary clubs et survint après plusieurs votes serrés lors de Conseils de législation précédents.

La réponse à cette décision fut massive. En juin 1990, le nombre de femmes au Rotary était passé à plus de 20 000. En juillet 2016, le nombre de femmes au Rotary a dépassé les 250 000.

Les femmes ont immédiatement saisi les opportunités de leadership dans leurs clubs et ont impacté les communautés partout dans le monde. 

Michelle Candland, membre du Rotary club de San Diego, par exemple, a joué un rôle clé dans le déménagement d'une école pour élèves sans-abri dans un nouvel établissement. 

« Si, en tant que Rotariens, nous jetons les bases sur lesquelles les autres membres de la collectivité pourront s'appuyer, nous pourrons alors atteindre l'objectif que nous nous sommes fixé », dit-elle.

Les femmes dans l'histoire du Rotary - chronologie

  1. 1950

    Un projet d'amendement demandant le retrait du mot « homme » des statuts types du Rotary club est proposé par un Rotary club indien à la réunion du Conseil de législation lors de la convention du Rotary en 1950.

  2. 1964

    Le programme du Conseil de législation contient un projet d'amendement proposé par un Rotary club de Ceylan (aujourd'hui Sri Lanka) visant à autoriser l'admission des femmes au sein de Rotary clubs. Les délégués votent son retrait tout comme celui de deux autres projets de résolution visant à permettre aux femmes d'être membre d'honneur. 

  3. 1972

    Les femmes commençant à occuper des postes élevés dans leur profession, de plus en plus de clubs font du lobbying pour qu'elles puissent devenir membres. Au Conseil de législation 1972, un Rotary club américain propose l'admission des femmes au Rotary.

  4. 1977

    Trois projets visant à admettre les femmes dans l'effectif des clubs sont soumis pour considération au Conseil de législation 1977. Un club brésilien propose que les femmes puissent être admises comme membres d'honneur.

    Le Rotary club de Duarte (États-Unis) admet les femmes dans son effectif en violation des statuts du Rotary International et des statuts types du Rotary club. Cette violation entraîne sa radiation du Rotary International en mars 1978. Il ne sera réadmis qu'en septembre 1986.

  5. 1980

    Le conseil d'administration du R.I. et les Rotary clubs d'Inde, de Suède, de Suisse et des États-Unis soumettent une proposition d'amendement demandant que soit retirée de tous les documents constitutionnels du Rotary toute référence désignant les membres comme des personnes de sexe masculin. 

  6. 1983/1986

    Lors du procès intenté par le club de Duarte en 1983, la Cour Supérieure de Californie rend un verdict en faveur du Rotary International, confirmant que le genre est un critère d'appartenance au sein des Rotary clubs de Californie. En 1986, la Cour d'appel de Californie inverse la décision, empêchant l'application de cette disposition en Californie. La Cour Suprême de Californie refuse d'entendre le cas et l'envoie en appel devant la Cour Suprême des États-Unis. 

  7. 1987

    Le 4 mai, les juges de la Cour Suprême des États-Unis décident que les Rotary clubs ne pouvaient pas faire de discrimination sexuelle dans leur recrutement. Le Rotary autorise les Rotary clubs des États-Unis à accepter des femmes qualifiées dans leur effectif. 

    Le Rotary club de Marin Sunrise (États-Unis), a été créé le 28 mai. Il a été le premier club après les États-Unis à accueillir les femmes dans son effectif après le jugement rendu par la Cour Suprême.

    Sylvia Whitlock du Rotary club de Duarte devient la première femme présidente de club.

  8. 1988

    En novembre, le conseil d'administration du Rotary International autorise les Rotary clubs canadiens à accueillir des femmes dans leurs effectifs, sur la base d'une loi canadienne similaire à celle confirmée par la Cour Suprême des États-Unis.

  9. 1989

    Lors du premier Conseil de législation suivant la décision de 1987, les délégués votent l'élimination de la clause réservant uniquement aux hommes l'accès aux clubs. Les femmes sont désormais les bienvenues dans les Rotary clubs du monde entier.

  10. 1990

    En juin, on compte près de 20 200 femmes dans les rangs du Rotary.

    Lire un article sur les femmes au Rotary paru dans le numéro de juin 1990 du magazine The Rotarian (en anglais).

  11. 1995

    En juillet, huit femmes deviennent gouverneures, les premières à occuper ce rôle : Mimi Altman, Gilda Chirafisi, Janet W. Holland, Reba F. Lovrien, Virginia B. Nordby, Donna J. Rapp, Anne Robertson et Olive P. Scott.

  12. 2005

    Carolyn E. Jones devient la première femme nommée au conseil d'administration de la Fondation Rotary. 

  13. 2008

    Catherine Noyer-Riveau devient la première femme élue au conseil d'administration du Rotary.

  14. 2012

    Elizabeth S. Demaray devient la première femme nommée au poste de trésorière du Rotary.

  15. 2013

    Anne L. Matthews devient la première femme nommée au poste de vice-présidente du Rotary.

  16. 2018

    Brenda Marie Cressey est la première femme à occuper le poste de vice-présidente de la Fondation Rotary. En avril/juin 2019, elle devient présidente de la Fondation, la première femme nommée à ce poste.