Skip to main content

Histoire du Rotary

 Le Rotary en Espagne, un parcours du combattant

Après s'être implanté avec succès en Grande-Bretagne et en Irlande, le Rotary s'est étendu à l'Europe continentale avec la création d'un club à Madrid le 1er janvier 1921.

Pour lancer ce club, le secrétariat du Rotary avait contacté des Rotariens cubains à La Havane en vue de trouver une personne qui pouvait se charger de l'organiser, et c'est Angel Cuesta, un cigarettier d'origine espagnole qui avait aidé à lancer des clubs à Cuba, qui fut choisi. Vivant alors à Tampa aux États-Unis, c'est en 1920 qu'il fut nommé représentant spécial du Rotary. M. Cuesta se rendit alors en Espagne et en octobre 1920, il organise une réunion de préparation, en collaboration avec Ely Palmer, le consul américain de la capitale espagnole.

Ayant de nombreux membres potentiels à Madrid, le groupe organisateur décide de créer des clubs rapidement et demande au secrétariat de les exempter de sa politique de croissance lente qu'avaient appliquée d'autres pays et régions. Mais le secrétariat est convaincu que pour atteindre le plein potentiel de la région, il vaut mieux adopter une approche plus modérée.

Après Madrid

Pour Angel, il était plus facile de créer un club à Barcelone une fois le club de Madrid monté et la philosophie du Rotary bien établie en Espagne. Et en effet, en avril 1922, le Rotary club de Barcelone reçoit sa charte, suivi du club de Saragosse en décembre 1925 et de celui de Saint-Sébastien en février 1926.

La popularité du Rotary en Espagne ne cesse alors de croître. Les Rotary clubs du pays tiennent leur première conférence à Barcelone en 1928. À la fin des années 1920, le club de Barcelone travaille sur l'entente internationale en organisant son premier échange de jeunes, une activité qui se développe à cette époque dans le monde du Rotary et qui se poursuit encore aujourd'hui. Les membres du club accueillent des enfants de Rotariens de Londres pour un séjour d'une semaine en Catalogne, où ils découvrent l'industrie, la culture et la vie familiale de familles catalanes typiques.

En 1929/1930, le conseil d'administration du Rotary International accueille son premier membre espagnol, puis son deuxième en 1935/1936.

Le déclenchement de la guerre civile en 1936 et l'arrivée au pouvoir de Franco stoppent rapidement l'expansion du Rotary dans le pays. Le régime franquiste persécute les « ennemis de l'État », et la rhétorique anti-Rotary est omniprésente. En 1936, le Rotary est interdit. Les 28 clubs du pays étant incapables de fonctionner, le Rotary met fin officiellement à leur adhésion en 1940.

Le Rotary refait surface en Espagne

Avec la mort de Franco en 1975 et le retour de la démocratie à la fin des années 1970, des Rotary clubs commencent à réapparaître dans toute l'Espagne, à commencer par Madrid.

En 1976, un groupe de Madrid décide de relancer le Rotary en se réunissant officieusement en tant que Rotary club. À l'époque, il était nécessaire de travailler avec les pouvoirs publics espagnols avant de s'affilier au Rotary International. En mai de cette année-là, le président du Rotary International, Ernesto Imbassahy de Mello, et le vice-président du Rotary, Bernardo Guzmán, se rendent en Espagne. Avec Jaime Enseñat, président du club de Madrid nouvellement recréé, et d'autres Rotariens espagnols, ils sont reçus par le roi Juan Carlos.

L'année suivante, M. Guzmán devient le représentant spécial du Rotary pour organiser le club de Madrid, qui reçoit sa charte officielle le 6 juin 1977. Cependant, compte tenu des raisons de sa fermeture des décennies plus tôt, il se voit accorder plus tard la date rétroactive de 1921. Le Rotary célèbre le rétablissement du club avec la signature et la remise de sa charte lors de la convention du Rotary International de 1977.

... et sur le continent

Pendant que le Rotary se développait dans l'Espagne d'avant-guerre, certains membres travaillaient avec des dirigeants du Rotary International pour créer des clubs ailleurs en Europe.

En avril 1920, le Rotarien américain E.J. Felt se rend à Paris pour y bâtir les fondations d'un club solide. Il trouve des membres potentiels locaux en concertation avec J.E. Lloyd Barnes, membre du Rotary club de Liverpool et président de l'Association britannique des Rotary clubs (aujourd'hui appelée RIBI). Après le décès de M. Felt, le Rotary désigne John Bain Taylor, de Londres, pour aider des hommes d'affaires de Paris à finaliser l'organisation du club. Le Rotary club de Paris reçoit sa charte le 1er avril 1921.

Parmi les autres clubs précurseurs sur le continent, voici certains dont les dates de création sont inscrites sur leur charte :

  • Copenhague — 3 août 1922
  • Ostende — 29 août 1923
  • Milan — 19 décembre 1923
  • Zürich — 23 mai 1924
  • Prague — 19 octobre 1925
  • Vienne — 19 octobre 1925
  • Lisbonne — 23 janvier 1926
  • Hambourg — 8 octobre 1927

Par la suite, la Seconde Guerre mondiale contraint de nombreux clubs en Europe à fermer. Mais, comme les clubs espagnols, ces clubs ont fait un fier retour après la guerre.

  1. Certificat qui a permis au Rotarien Angel Cuesta de Tampa, aux États-Unis, de fonder le Rotary club de Madrid.  

  2. Réunion de préparation du Rotary club de Tolède lors de laquelle ont participé des membres des clubs de Madrid, Alicante, Aranjuez et Saragosse, en 1932.

  3. L'une des premières réunions du Rotary club de Lyon, en France, qui a reçu sa charte en octobre 1923. Son fondateur, Etienne Fougère, se trouve au centre de la première rangée, les bras croisés. Des membres des Rotary clubs de Barcelone et de Paris ont assisté à la réunion.

  4. Des membres du Rotary club de Bilbao (communauté autonome du Pays basque, Espagne) et leurs épouses en 1932.

Après s'être implanté avec succès en Grande-Bretagne et en Irlande, le Rotary s'est étendu à l'Europe continentale avec la création d'un club à Madrid le 1er janvier 1921.