Skip to main content

Le Plan d’action: Programmes d’économie d'échelle

Les programmes d'économie d'échelle sont un moyen efficace pour les membres du Rotary d'augmenter notre impact. Cette initiative de plusieurs millions de dollars finance des actions de grande envergure à fort impact qui attirent des partenaires importants tout en mobilisant les capacités, l'expertise et l'enthousiasme de membres du Rotary. Le premier récipiendaire, Partenaires pour une Zambie sans paludisme, a formé 2 500 agents de santé locaux et aide des personnes vivant dans des régions isolées à recevoir un traitement plus rapidement.

Mais pour réellement répondre à la priorité du plan d'action d'augmenter notre impact, les membres doivent envisager d'étendre chacune de leurs actions, et pas seulement dans le but d'obtenir des subventions au titre des programmes d'économie d'échelle.

Pour mieux comprendre le potentiel dont disposent les membres du Rotary pour concevoir leurs actions de cette manière, nous avons discuté avec deux experts du changement social : Larry Cooley, membre du Rotary et consultant en développement international ; et Cecilia Conrad, PDG de Lever for Change et conseillère de la fondation John D. et Catherine T. MacArthur, qui a contribué à créer le programme mondial 100&Change pour une subvention de 100 millions de dollars.


Q : En quoi le Rotary peut bénéficier d'une extension de notre travail ?

CECILIA : C'est un réseau incroyable. Je ne pense pas qu'il existe d'autres organisations similaires au Rotary. C'est important pour les partenaires potentiels : les savoir-faire et le capital social locaux sont des éléments que les fondations recherchent continuellement, mais il n'est pas toujours facile de trouver les bonnes personnes sur le terrain, celles qui peuvent réellement faire avancer les choses. Les membres du Rotary jouent un rôle dans leur collectivité, ils sont des dirigeants d'entreprise et de la société civile. Et il y a un grand potentiel pour que ces personnes construisent un réseau, apprennent les unes des autres et répondent aux problèmes mondiaux.

LARRY : Il n'y a aucun moyen de résoudre des problèmes majeurs si l'on ne dépasse pas les clivages habituels au sein d'une communauté et ne l'impliquons pas en tant que telle. Des experts en santé ne peuvent pas traiter seuls les problèmes sanitaires. Les ingénieurs peuvent concevoir et fabriquer, mais ne sont pas forcément des experts en marketing ou en communication sociale. Et le changement nécessite de la confiance. Les membres du Rotary sont des dirigeants locaux de confiance et apolitiques, ayant une expérience dans plusieurs professions et cultures, et les Rotary clubs sont présents partout. Peu d'organisations possèdent les atouts et la portée du Rotary.

Q : Quel type de réflexion innovante l'élargissement de nos actions de cette manière – que ce soit au niveau local ou mondial – exige-t-il des membres du Rotary pour réussir ?

LARRY : Je discutais avec plusieurs de mes amis Rotariens de la façon dont les choses importantes se passent au Rotary. Dans presque tous les cas, les grandes initiatives sont nées d'un Rotarien ou d'un Rotaractien entreprenant et dynamique. Cette personne s'adresse à ses compatriotes et finit par mobiliser un groupe de personnes qui travaillent ensemble pour résoudre un problème ou répondre à un besoin. Pour fonctionner à grande échelle, ce type d'initiative reste indispensable. Mais il existe des interventions où le Rotary et ses membres peuvent concevoir, planifier et agir à plus grande échelle.

Si les clubs resteront toujours la base et une composante essentielle, le Rotary dispose d'un réseau très étendu et peut tirer parti des connexions entre les membres et les clubs partageant des objectifs communs pour trouver des solutions à une multitude de problèmes importants. Dans le cas de l'éradication de la polio, les clubs et les districts sont très investis, mais cet effort a également bénéficié d'une infrastructure organisationnelle pour son extension. Les résultats sont probants, puisque nous sommes sur le point de débarrasser le monde de cette maladie. C'est un excellent exemple, mais il s'agissait d'une exception. La question est maintenant de savoir comment créer davantage d'exceptions.

CECILIA : Je pense que le programme des Centres du Rotary pour la paix est un énorme atout. C'est là que j'ai découvert tout ce que faisait le Rotary. Les diplômés du Rotary pour la paix peuvent être d'importants canaux d'information et de connexion entre les clubs. Et je sais qu'il existe des Amicales d'action et des Amicales professionnelles ou de loisirs du Rotary, des comités interpays, des partenariats avec des associations locales partageant les mêmes objectifs. Vous aurez toujours besoin de leaders locaux qui se mobilisent pour un changement positif. Et le Rotary en possède. Mais comment réunir ces leaders avec l'aide et les ressources dont ils ont besoin en tant que large réseau ? C'est ce que nous voulons dire lorsque nous parlons d'extension. Il s'agit moins d'une question financière que d'atteindre davantage de personnes dans plus de régions parce que votre réseau et ce que vous faites fonctionnent.

LARRY : Nous savons que tout ce que fait le Rotary ne doit pas toujours être étendu. Les besoins immédiats d'une collectivité et d'individus sont nombreux, et l'extension ne doit pas se faire au détriment d'actions à plus court terme, au niveau du club. Mon père était Rotarien, mon grand-père était Rotarien, et mon frère et moi sommes des Rotariens, et je connais d'expérience la nécessité d'amener des personnes à travailler ensemble au niveau local, que ce soit pour des enfants qui ont besoin de chaises roulantes, des familles qui ont besoin de sécurité alimentaire, ou une nouvelle salle de lecture à la bibliothèque. Et les clubs, au niveau individuel, réalisent souvent de merveilleuses actions comme en Ouganda, au Guatemala ou en Inde. Ces programmes apportent énormément de bonnes choses dans le monde et sont profondément gratifiants. Mais ils oublient l'un des atouts uniques du Rotary, qui consiste à se rassembler pour résoudre des problèmes plus vastes.

Q : Que diriez-vous aux membres du Rotary qui se penchent sur les problèmes mondiaux et se demandent quel impact ils peuvent vraiment avoir ?

CECILIA : Il est important de se concentrer sur les domaines dans lesquels nous pouvons progresser. Le dernier récipiendaire de la subvention 100&Change de la Fondation MacArthur, Community Solutions, s'attaque au problème des sans-abri aux États-Unis. C'est un grave problème. Ils commencent par une stratégie qui cible une population spécifique et développent leur réseau en acquérant une compréhension des interventions qui fonctionnent dans différents endroits. Ils étendront alors l'action à partir de là.

LARRY : Et comme toute organisation, le Rotary est plus efficace dans certains domaines que dans d'autres. S'il s'agit d'un problème qui nécessite de mobiliser d'importants capitaux, ce n'est probablement pas la force principale du Rotary. Mais si la résolution d'un problème nécessite la confiance et la collaboration de nombreuses personnes au-delà des divisions culturelles, religieuses, politiques ou géographiques, le Rotary possède un avantage énorme. Il faut un ensemble de compétences très particulières pour organiser et motiver les gens — pour créer l'infrastructure relationnelle. C'est l'avantage du Rotary, et lorsque vous réunissez ces compétences pour résoudre des problèmes, le potentiel est énorme.

Pour mettre votre club en relation avec Programmes d'économie d'échelle, contactez programsofscale@rotary.org