Aucun enfant ne devrait avoir faim

The millions of pounds of food that go to waste every year could ease hunger around the world. See how one Rotary project is working to solve a perennial problem.

Aucune ville, aucun pays ni aucune région ne sont épargnés par la faim et il n'existe pas de solution miracle à ce fléau. Au Rotary, nos membres et nos partenaires tels que le Global FoodBanking Network recherchent des solutions innovantes. Dans sa lettre publiée sur le site officiel de la Journée mondiale de l'alimentation, le secrétaire général du Rotary John Hewko explique la motivation du Rotary :

Faim. Famine. Malnutrition. Comme la Journée mondiale de l'alimentation (16 octobre) nous le rappelle tristement, il n'y a pas moyen d'enjoliver le fait qu'environ 870 millions d'êtres humains souffrent de sous-alimentation chronique. Plus triste encore est le fait que les enfants sont le plus souvent les victimes de ce problème et voient ainsi leur avenir hypothéqué.

Ce problème est mondial et frappe aussi bien les pays en développement que les pays développés où un nombre surprenant de familles ont du mal à se nourrir quotidiennement.

Mon organisation, le Rotary, est un réseau international de décideurs bénévoles déterminés à trouver des solutions à l'un des plus sérieux problèmes auquel la planète doit faire face. À ce titre, nous sommes idéalement positionnés pour intervenir. Avec plus de 1,2 million de membres répartis dans 34 000 Rotary clubs dans plus de 200 pays et territoires, le Rotary a une véritable présence sur le terrain pour répondre aux besoins les plus pressants.

De leur propre initiative, les membres du Rotary ont formé deux groupes internationaux extrêmement actifs, l'Amicale d'action du Rotary contre la faim et la malnutrition et l'Amicale d'action du Rotary pour les solutions alimentaires par les plantes. Ces groupes ont pour mission d'aider les Rotary clubs du monde entier à utiliser des approches efficaces et durables pour lutter contre la faim.

Parce que des partenariats avec des organisations de réputation mondiale apportent une réelle valeur ajoutée, le Rotary s'est associé en 2012 au Global FoodBanking Network pour lutter contre la faim et l'insécurité alimentaire.

Rotary First Harvest, une organisation caritative financée par un Rotary club de Seattle aux États-Unis, a mis au point une approche novatrice du concept de banque alimentaire. En travaillant avec les agriculteurs et les réseaux de distribution, Rotary First Harvest récupère chaque année près de 3 000 tonnes de fruits et légumes parfaitement consommables qui seraient autrement détruits.

D'autres Rotary clubs sont également très actifs dans ce domaine :

  • En Floride, le club de Flagler Beach a cofondé la Family Food Co-op qui vient en aide à des familles en difficulté de zones rurales. Un don de 30 dollars suffit à nourrir une famille de quatre personnes pendant une semaine et les récipiendaires sont encouragés en échange à aider leurs voisins.
  • En Australie, le Rotary club de Brisbane Centenary a lancé la Beef Bank en 2007 pour fournir de la viande fraîche à des organisations caritatives. Un bœuf peut donner environ 220 kilos de viande, soit un millier de repas.
  • Depuis 1998, le Rotary club de Madrid travaille avec des hôtels pour récupérer les restes. Des sociétés de transport prêtent leurs véhicules pour cette opération.
  • En Équateur, des clubs ont formé un partenariat avec Banco de Alimentos Diakonia pour fournir des équipements, de l'expertise et des bénévoles, et ainsi venir en aide aux familles défavorisées de Guayaquil, la plus grande ville du pays.

Bien entendu, il n'y a pas de solution miracle à ce problème dramatique. Il est indispensable que les personnes souffrant de la faim puissent s'alimenter régulièrement et que des solutions à plus long terme soient mises au point. En attendant, nous devons jeter les fondations nécessaires pour contribuer à un développement économique stable et durable qui permette de briser le cercle vicieux de la pauvreté, lui-même lié à d'autres maux tels que l'analphabétisme, la maladie et la violence.

C'est ce que fait le Rotary. Et les Rotary clubs continueront à travailler sur le terrain pour identifier les besoins et trouver des solutions réalistes, durables et culturellement adaptées. Si vous désirez nous rejoindre dans cet effort, je vous invite à consulter rotary.org et à contacter un Rotary club de votre région. Découvrez ce que font les clubs près de chez vous pour lutter contre la faim localement et à l'étranger. N'hésitez pas à faire un don ou à donner de votre temps pour soutenir une action de ces clubs. Impliquez-vous.

Nous ne devons jamais oublier une chose très simple : Aucun enfant – où qu'il se trouve dans le monde – ne devrait avoir faim. 

John Hewko                                                                                                                                                                   Secrétaire général du Rotary International

Actualité du Rotary

RSS