Un Rotarien abandonne une carrière musicale prometteuse

Todd Shea (à droite), membre du Rotary club d'Inwood à New York distribue des rations aux sinistrés d'un typhon qui a ravagé les Philippines en 2013.
Photo : Avec l'aimable autorisation de Todd Shea

Le 11 septembre 2001, l'auteur-chanteur-compositeur Todd Shea et son groupe doivent se produire dans un club mythique de New York. Les attentats changent tout. Au lieu du concert, il se retrouve au volant de la camionnette du groupe pour ravitailler les sauveteurs sur le site du World Trade Center. Cinq jours plus tard, il prend une décision radicale et met fin à sa carrière musicale pour se consacrer aux opérations de secours. « La souffrance dont j'ai été témoin m'a ouvert les yeux, dit-il. J'ai pris la décision d'être du côté des solutions et non pas du problème. »

Todd Shea a aujourd'hui 47 ans et depuis ce jour fatidique il se trouve au cœur d'efforts de secours que ce soient en Asie du Sud-Est (tsunami de 2004), à la Nouvelle-Orléans (ouragan Katrina) ou dans le Cachemire (tremblement de terre) en 2005, en Haïti (tremblement de terre) ou au Pakistan (inondations) en 2010, au Japon (tsunami) en 2011 ou plus récemment aux Philippines suite au passage d'un typhon (2013). Ces catastrophes lui permettent d'engranger de l'expérience. « Il est essentiel que les équipes d'intervention puissent se concentrer sur leur travail et n'aient pas à se soucier du ravitaillement », explique-t-il.

Suite au tremblement de terre au Pakistan en 2005, M. Shea décide de rester sur place à la différence de nombreuses organisations et fonde Comprehensive Disaster Response Services (CDRS) qui fournit des soins de santé à la population locale. Cette organisation comprend une équipe d'intervention qui apporte du soutien aux équipes médicales et aux agences gouvernementales en coordonnant la sécurité, la logistique et la communication. Les locaux de CDRS disposent d'un bloc dentaire, d'un centre vaccination, d'une maternité, d'une pharmacie, d'un laboratoire et d'une ambulance. M. Shea passe en moyenne neuf mois par an au Pakistan.

En 2009, M. Shea participe à la création de Sustainable Healthcare Initiatives Now Empowering Humanity, une organisation basée aux États-Unis qui intervient en cas de catastrophe et fournit des services de soins sur le long terme dans les pays en développement.

À la découverte du Rotary

C'est à La Nouvelle-Orléans, après le passage de l'ouragan Katrina, que Todd Shea se lie d'amitié avec Jim Kushner, ancien président et membre fondateur du Rotary club d'Inwood à New York. Sur place, ils coordonnent le sauvetage d'animaux, la livraison de canots pneumatiques et épaulent l'armée dans ses efforts de recherche. Tous deux partagent une passion qui les pousse à venir en aide aux populations dans le besoin, parfois au risque de leur vie. Depuis Katrina, ils se sont retrouvés à de nombreuses reprises sur le théâtre de catastrophes naturelles et rien ne semble pouvoir les arrêter.

En août dernier, M. Shea a accepté l'invitation de devenir membre du club d'Inwood. « Si vous voulez avoir un impact, rejoignez un Rotary club, affirme-t-il. Le Rotary est une plateforme sans égale pour faire souffler un vrai vent de changement. » 

Chanter pour une cause

Todd Shea n'a jamais complètement remisé sa guitare même si son rêve de devenir une star de la musique s'est évanoui. Il est à l'origine d'une initiative visant à rapprocher musiciens pakistanais et américains, Sonic Peacemakers, avec laquelle il organise des concerts dont la recette permet à des enfants pakistanais de bénéficier des mêmes soins que ceux reçus par les petits Américains.  « Le monde peut être un endroit inhospitalier, dit-il. J'essaie simplement d'apporter ma petite contribution pour lutter contre l'indifférence, l'intolérance et la haine. »

Actualités du Rotary

23-Apr-2014
RSS