Polio : Progrès des équipes de vaccination au Nigeria

Un travailleur de santé marque une maison à Kano, au Nigeria, pour indiquer que les enfants n'étaient pas là et qu'il faudra revenir les vacciner.
Photo : Diego Ibarra Sánchez
Un père regarde la photo de sa fille tuée l'année dernière alors qu'elle aidait à vacciner des enfants contre la polio dans le Nord du Nigeria.
Photo : Diego Ibarra Sánchez
Un membre d'une équipe de vaccination à Kano (Nigeria) invite les parents à faire vacciner leurs enfants contre la polio.
Photo : Diego Ibarra Sánchez
Au cours de la phase de « ratissage » d'une campagne de vaccination, les équipes de santé cherchent à identifier les enfants qui n'ont pas encore reçu le vaccin oral contre la polio.
Photo : Diego Ibarra Sánchez
Un enfant est vacciné contre la polio à Maiduguri, au Nigeria.
Photo : Diego Ibarra Sánchez
Auwalu Mohd Yakasai aide à constater l'efficacité des efforts de vaccination contre la polio dans une ville au cours des Journées nationales de vaccination au Nigeria.
Photo : Diego Ibarra Sánchez
Des survivants de la polio jouant au para-foot, un sport national au Nigeria. Plus de 1 300 survivants de la polio font également la promotion de l'éradication de la polio à travers le pays.
Photo : Diego Ibarra Sánchez

Au Nigeria, les nouvelles stratégies déployées pour vacciner les enfants contre la polio dans les sept états les plus à risque du pays semblent porter leurs fruits.   

« Les Rotariens se sont rendus dans les régions les plus reculées en voiture, canoë, moto et même à pied afin de s’assurer que chaque enfant soit bien vacciné », explique Tunji Funsho, président de la commission PolioPlus du Rotary au Nigeria.  

Dans l’État du Katsina, les membres de la commission PolioPlus nigériane (NPPC) ont récemment rencontré deux chefs communautaires opposés de façon notoire aux vaccinations, principalement pour des raisons religieuses et pour protester contre le manque d’accès aux soins de santé de base dans leur région. Ils sont parvenus à les persuader d’approuver les vaccinations en obtenant l’engagement du gouvernement que des camps de santé mobiles fourniraient des examens gratuits, des médicaments et des vaccinations contre d’autres maladies ainsi que d’autres services.    

« Consulter ces leaders a vraiment été bénéfique, comme le prouve la popularité des camps de santé. Les mères présentent désormais de leur plein gré leurs enfants pour se faire vacciner à la maison, dans les écoles coraniques et d’autres lieus, rapporte la commission PolioPlus du Nigeria. Ces camps constituent une solution rapide pour dissiper les réticences qui persistaient dans certaines zones des états à haut risque. »

Tout comme au Pakistan et en Afghanistan, la transmission du virus sauvage de la polio n’a jamais été stoppée au Nigeria. Cependant, seuls trois cas avaient été déclarés cette année au 3 juin, contre 24 cas pour la même période en 2013.

La commission nationale PolioPlus a commencé à financer les camps de santé en mai et pour répondre à une demande en eau potable, des Rotary clubs montent des actions visant à fournir des puits.    

Dans des états à haut risque comme au Katsina, l’implication des chefs communautaires qui laissent maintenant leurs propres enfants se faire vacciner ou qui publiquement approuvent le vaccin oral sont autant de facteurs qui encouragent les populations locales à laisser les équipes de vaccination passer de maison en maison », explique M. Funsho.  

Les coordinateurs rotariens sur le terrain obtiennent le soutien du public et des leaders communautaires en fournissant un appui technique et en contrôlant la qualité des équipes de vaccination.      

« Dans les régions présumées dangereuses, des mesures exceptionnelles qui veillent à ce que les enfants entrant et sortant des États de Borno et Yobe soient tous vaccinés ont été mises en place, » explique M. Finsho. Des équipes de travailleurs de santé accompagnées d’agents de sécurité utilisent également des techniques d’intervention éclair pour procéder aux vaccinations et se retirer en deux jours maximum, ajoute-t-il.        

La commission nationale PolioPlus du Nigéria sensibilise aussi la population au besoin d’éradiquer la polio à l’aide d’affiches et distribue des t-shirts, des casquettes et des gilets aux travailleurs de santé. Elle a engagé des célébrités locales telles que le musicien et acteur Sani Musa Danja pour encourager les populations à faire vacciner leurs enfants dans les régions où il existe encore une certaine opposition au vaccin.  

En avril, le Rotary s’est joint au Ministère fédéral de la santé pour parrainer le sommet sur la Polio au Nigéria durant lequel les gouverneurs des états à haut risque, les leaders traditionnels et religieux, les officiels de santé nationaux et mondiaux, des membres du Rotary et d’autres parties impliquées se sont penchés sur les meilleures pratiques mises en place dans le pays dans le cadre de cette nouvelle initiative.  

M. Funsho et d’autres pensent que l’arrêt de la transmission de la polio est possible pour la fin de l’année 2014, un des objectifs du plan stratégique de la Phase finale d’éradication déployée par l’Initiative mondiale pour l’éradication de la polio dont le Rotary est un des principaux partenaires.

« Notre plus grand défi sera les préparatifs des élections 2015 », a confié lors d’une interview récente le Dr. Oyewale Tomori, président de la commission d’audit du Nigeria sur l’éradication de la polio. « Chaque élection depuis 2003 s’est caractérisée par un abandon de toute gouvernance, et par conséquent une augmentation importante du nombre de nouveaux cas de polio. »    

Afin de soutenir le Nigeria dans l’atteinte de son objectif de stopper la transmission de la polio cette année, le Rotary a alloué 7 millions de dollars à des activités de vaccination et de recherche dans le pays. Sir Emeka Offor, homme d’affaires et philanthrope nigérian, a de son côté versé 2,25 millions de dollars au programme PolioPlus du Rotary.  

« Le gouvernement du Nigeria, maintenant soutenu par la communauté internationale, met tout en œuvre pour éliminer les violences, les enlèvements et le terrorisme, explique Sir Emeka, membre du Rotary club d’Awka GRA et ambassadeur du Rotary contre la polio au Nigeria. La paix dans notre pays faciliterait grandement les choses, mais nous ne pouvons pas attendre. Nous devons en finir avec la polio le plus tôt possible. »   

En savoir plus sur la polio sur endpolio.org

Donner pour éradiquer la polio

Aider le Rotary à se faire entendre dans le combat contre la polio

En savoir plus sur la Phase finale d'éradication de la polio

Actualités du Rotary

25-Jul-2014
RSS