Les racines du mal

En juillet, cinq mille enfants ont reçu des fournitures dentaires dans le cadre de l'action Kenya Smiles qui propose également des programmes de formation destinés aux mères et aux dentistes locaux.
Photo : ©Sheila Hurst. Tous droits réservés. Reproduction interdite.

Le Kenya et ses 44 millions d'habitants comptent un peu moins d'un millier de dentistes. L'hygiène dentaire est donc un luxe réservé aux résidents des quartiers aisés. « En zone rurale, les gens ont souvent à parcourir de longues distances pour trouver un dentiste, affirme Stephen Irungu, un ancien président du Rotary club de Murang’a qui travaille au Ministère de la santé. La plupart des patients vont souvent chez le dentiste uniquement quand ils souffrent trop. » L'ancien gouverneur Geeta Manek ajoute que la population ne s'inquiète pas vraiment de leurs problèmes dentaires parce qu'ils ne mettent pas leur vie en danger. 

Selon Karen Sokal-Gutierrez, un médecin de l'université de Berkeley en Californie, la carie dentaire est la maladie la plus répandue chez les enfants et peut hypothéquer leur santé à l'âge adulte. « On se préoccupe souvent de l'incidence du sida, du paludisme ou de la tuberculose dans les populations défavorisées, dit-elle. Malheureusement, on oublie que la carie dentaire est beaucoup plus courante, même dans les pays développés. »

Kenya Smiles a pour but de changer les mentalités. Créée par Sheila Hurst, consultante en éducation et membre du Rotary club de Redding West en Californie, et Laura Day, ancien gouverneur du district 5160 (Californie), cette action bénéficie d'une subvention mondiale du Rotary qui a permis à six dentistes kenyans de suivre un stage de perfectionnement aux États-Unis en avril 2013.  

JEUX ÉDUCATIFS 

En juillet dernier, dix Américains dont Hurst, Day et Sokal-Gutierrez, sont allés au Kenya pour distribuer des jeux éducatifs ainsi que des milliers de brosses à dents et de tubes de dentifrice. Ces jeux comprennent chacun une marionnette (un hippopotame), un tableau blanc et des aimants représentants des aliments et des boissons à la fois nutritifs et nocifs, et permettent d'enseigner aux enfants de manière ludique des principes élémentaires d'hygiène dentaire.  

L'équipe a également profité de son séjour pour former les mères à la préparation de repas à forte valeur nutritionnelle avec l'espoir qu'elles transmettront de bonnes habitudes alimentaires à leurs enfants. Ce volet éducatif est ce qui distingue cette action de nombreuses autres initiatives de santé dentaire dont le succès se mesure souvent au nombre de plombages et d'extractions de dents. Peu d'actions se sont jusqu'à présent penchées sur les racines du problème.

UNE VIE SAINE AVEC DES DENTS SAINES

Peter DuBois, directeur exécutif de l'Association californienne des dentistes, souligne que ce programme original permet la mise en commun des ressources du Rotary, du gouvernement et des leaders du secteur médical pour améliorer la santé de la population kenyane.

Cette action est salvatrice dans un pays où la procédure la plus courante est l'extraction de dent. « Bien entendu, nous avons besoin de plus de dentistes et de cabinets dentaires, explique Jeff Bamford, président fondateur du Rotary club de Karen-Nairobi. Mais nous devons commencer par réduire les risques de carie dentaire. »

Il est en tout cas réconfortant de voir que ce sont les enfants eux-mêmes qui se font les plus ardents défenseurs du programme. Leurs magnifiques sourires et les informations qu'ils transmettent aux autres élèves de leurs écoles constituent effectivement d'irréfutables arguments pour convaincre les autres.

 

Tiré d'un article publié dans le numéro de février 2014 de The Rotarian.

18-Feb-2014
RSS