Soigner et autonomiser les mères

Robert Zinser is surrounded by women whose lives were forever changed after receiving surgery to repair obstetric fistulas, a preventable childbirth injury that can lead to social isolation, nerve damage, and death.

Robert Zinser est un habitué des chiffres. Économiste et président pour l’Asie de la compagnie multinationale allemande BASF, il a passé sa vie à analyser des données et à faire des projections. Alors, lorsqu’il a lancé son projet sur cinq ans de trois millions de dollars pour réduire la mortalité infantile et maternelle au Nigéria – un pays qui a le second taux de mortalité le plus élevé au monde, il ne s’engageait pas au hasard. Il s’avait que son action allait avoir un impact profond.  

« Au Nigeria, 70 % des accouchements ont lieu à domicile. S’ils durent trop longtemps, ils peuvent causer des fistules obstétricales chez les mères », une lésion qui peut causer la mort du nouveau-né et une incontinence chronique, des infections, des lésions nerveuses voire la mort.  « Il est donc vital de les prévenir », explique Robert Zinzer qui est également le président fondateur de l’Amicale d’action du Rotary Population et développement.  

Utilisant une approche intégrée pour fournir de meilleurs soins prénatals, son action a réduit la mortalité maternelle de 60 % dans les hôpitaux participants et a permis d'atteindre depuis 2005 un million de femmes en âge de procréer et de traiter 1 500 nigérianes, soit 500 de plus que l’objectif initial.

« De nombreuses femmes souffrant de cet état ont été chassées de leur foyer et doivent désormais trouver un moyen de gagner leur vie, souligne Robert Zinser, un ancien gouverneur de district membre du club allemand de Ludwigshafen-Rheinschanze.  Elles ne savaient même pas que cette lésion pouvait être traitée avant que nous ne commencions à diffuser des informations à la radio pour en expliquer les causes, les symptômes et les traitements possibles. »  

Une subvention de la Fondation Rotary de 478 000 dollars accordée au district 9125 au Nigeria et au Rotary club allemand de Weissenburg a permis de lancer cette action à laquelle ont également participé, à hauteur de 826 000 dollars, le gouvernement allemand et la fondation Aventis. Des activités telles que la production d’électricité à partir de panneaux solaires, du matériel parmi lequel des moustiquaires imprégnées d’insecticide, des prêts de microcrédit et des formations professionnelles ont été également financés.   

« Lorsque vous vous rendez dans un pays en développement, que vous visitez des bidonvilles et que vous parlez avec les locaux, vous voyez tout de suite que les femmes sont en retrait par rapport aux hommes, explique Robert Zinzer. Elles souffrent de cet état et du manque de soutien. Elles ne seront pas en mesure de s’autonomiser tant qu’elles ne sont pas totalement libres de leur propres choix en matière de soins prénatals et d’espacement des naissances. Si nous y parvenons, nous améliorerons leur santé et celle de leur famille, et nous parviendront à réduire la pauvreté et la faim. »

À 85 ans, Robert Zinser a encore plein de projets dans ses cartons. Selon lui, le moment est propice pour agir, car la santé de la mère est une des priorités des Nations unies et il compte monter d’autres actions sur ce modèle et les promouvoir.

« Mes amis me demandent souvent pourquoi je ne viens plus jouer au golf avec eux. Ils ne savent pas à quel point le Rotary me fait du bien. De plus en plus, les scientifiques reconnaissent que si l’on fait du bien à d’autres personnes, cela a pour effet de freiner le vieillissement. Je me sens à ma place en Afrique ! », conclut-il.   

En savoir plus sur l’Amicale d’action du Rotary Population et développement.

Article publié dans le numéro de juin 2012 du magazine The Rotarian.

6-Aug-2013
RSS